Star Scrap
www.starscrap.org

TOME 0. Apocalypse locale ordinaire-moyenne

Chapitre 2. Un praeludium triacontakaidiédrique

Épisode 1. Deux coengendrées

Vinjia, incapable de profiter de son cycle de récupération, y met fin avant terme. En effet, son appareillage cognitif tente d’orchestrer le plan qui lui permettra de quitter Gufran pour devenir la conjointe officielle de Korojy. Et elle souffrira de nombreux autres cycles de récupération incomplets considérant tout ce qui devra être fait pour concrétiser ce désir.

L’instrument de communication et de traitement de l’information de Gufran interrompt son cycle de récupération. La capitaine de l’escouade Glaive d’argent répond après un bref moment de confusion. Vinjia l’observe. Gufran se lève et, tout en rassemblant promptement son équipement, confirme qu’elle doit partir d’urgence en mission. Vinjia lui adresse des encouragements étonnamment sincères.

Un vaisseau transport léger des forces armées se trouve déjà devant l’unité de logement de Gufran au moment où elle en sort. Elle y prend place et constate que sa coengendrée le pilote.

— Gufran : Lanrac... !

L’appareillage esthétique de Lanrac, tout comme celui de Gufran, comporte la même configuration d’ensemble élancée à tendance angulaire. Il se dégage aussi des deux coengendrées une attitude assurée.

— Pilote Lanrac : Capitaine. Ma mission consiste à vous transférer, ainsi que la capitaine Korojy, à l’astroport. Je passerai la chercher chemin faisant.

— Capitaine Gufran : Et les pilotes?

— Pilote Lanrac : Deux autres transports s’en chargent.

— Capitaine Gufran : Procédons.

Pilote Lanrac démarre le vaisseau et le dirige vers une éoroute qui permettra de se rendre dans le quartier que la capitaine Korojy habite. Capitaine Gufran remarque que le style de pilotage de sa coengendrée manque de raffinement; l’escouade Glaive d’argent devra se passer d’elle.

Épisode 2. Deux capitaines

Après avoir rapidement parcouru la moitié de la ville par voie aérienne, Pilote Lanrac fait sortir de l’éoroute le vaisseau transport léger et le fait descendre vers le quartier où Capitaine Korojy réside. Capitaine Gufran ne peut s’empêcher de remarquer l’atmosphère de richesse insolente qui s’en dégage. Pilote Lanrac fait atterrir le transport devant une unité de logement. Capitaine Korojy les y attend avec une impatience non dissimulée.

La capitaine de l’escouade Glaive de feu prend place à bord du transport sans communiquer avec les deux occupantes. Elle attarde son appareillage sensoriel sur Pilote Lanrac, puis sur Capitaine Gufran, remarquant au passage que leurs enveloppes corporelles et leurs appareillages esthétiques respectifs se ressemblent. Elle s’abstient de commenter.

Pendant que la pilote relance le vaisseau vers l’éoroute, cette fois-ci en direction de l’astroport, Capitaine Gufran ressent une impression dissonante. Un élément de l’enveloppe corporelle de Capitaine Korojy — mais lequel, précisément, elle ne saurait dire — diffère de ce qu’elle perçut lorsqu’elle la rencontra par hasard près de son unité de logement, quelques cycles temporels auparavant. Capitaine Gufran réalise que l’élément discordant, néanmoins ressenti comme familier, appartient à un contexte sans aucun rapport avec Korojy. « En quelles autres circonstances percevai-je cela ? », se demande-t-elle. Si le déplacement virtuel des idées dans son appareillage cognitif ne mène à aucune réponse satisfaisante, il suscite néanmoins le doute. Les raisons susceptibles d’expliquer la présence de Korojy dans un quartier « exclusivement résidentiel, loin de sa zone de confort physique et sociale » se font rares; l’hypothèse d’une coïncidence lui apparaît déraisonnable.

« Astroport en vue. », rapporte Pilote Lanrac. Capitaine Gufran se ressaisit.

Épisode 3. Deux espèces

Le vaisseau transport léger atterrit à l’astroport. Les deux capitaines se déplacent en silence jusqu’au poste de commandement. Capitaine Korojy se dit, chemin faisant, que si l’auteur de Star Scrap rédigeait la série en anglais plutôt qu’en français, son escouade se nommerait probablement « Fireblade » plutôt que « Glaive de feu » et, donnons-lui raison sur ce point, cette dénomination rendrait son équipe sensiblement plus intimidante.

Les deux capitaines sont accueillies par Générale Arproca, une militaire dure, exigeante et fatiguée dont l’appareillage esthétique foncé arbore des motifs circulaires disposés de façon irrégulière. Certains de ces motifs en incluent d’autres, plus foncés mais d’un diamètre moindre.

— Générale Arproca : Salutations, officières; je vous convoquai de toute urgence parce que les scientifiques de l’Institut de sciences astronomiques nous informent qu’un vaisseau de provenance inconnue, apparemment de type croiseur d’attaque, se dirige vers notre planète.

— Capitaine Korojy : Un croiseur d’attaque... ?

— Générale Arproca : Les informations disponibles demeurent limitées. Il s’agit de leur meilleure hypothèse.

— Capitaine Gufran : Notre histoire officielle ne fait pas état de contacts avec d’autres espèces et aucun indice d’exode interstellaire ne figure dans notre passé.

— Capitaine Korojy : Et ni l’exploration, ni la colonisation, ne firent partie des projets du gouvernement.

— Générale Arproca : Exact. Par ailleurs, la portée limitée de nos systèmes de communication ne permet pas de contacter le vaisseau présentement. Des équipes de scientifiques préparent différentes approches pour détecter un appel de leur part et répondre.

— Capitaine Korojy : En supposant qu’elles veuillent communiquer.

— Générale Arproca : En espérant qu’elles le veuillent.

Une enseigne entre dans le poste de commandement.

— Enseigne : Générale, les pilotes attendent vos instructions.

Épisode 4. Deux escouades

À la suite de l’enseigne, la générale et les deux capitaines entrent dans une salle de conférence située à peu de distance du poste de commandement. Les pilotes des escouades Glaive de feu et Glaive d’argent, qui semblent agitées, reprennent une attitude stoïque devant les officières supérieures. Générale Arproca donne un aperçu sobre en détails de la situation avant de passer aux objectifs de la mission.

— Générale Arproca : Dans un premier temps, l’escouade Glaive de feu maintiendra une présence active en patrouillant les environs de l’astroport tandis que l’escouade Glaive d’argent restera en retrait, au sol.

— Capitaine Gufran : Cette mission exigera un degré élevé de flexibilité de votre part puisque ses principaux paramètres ne pourront être précisés qu’en situation. Aucune action agressive, de quelque nature que ce soit, ne devra être posée à l’endroit du vaisseau étranger avant que Générale Arproca n’en donne l’ordre.

— Générale Arproca : Si le vaisseau étranger se montre bienveillant, l’escouade Glaive de feu l’escortera jusqu’à l’astroport. Si le vaisseau étranger se montre hostile, une intervention armée deviendra nécessaire. Questions ?

— Lieutenant Pelcham : Cinq astronefs de supériorité contre un croiseur d’attaque ?

— Générale Arproca : Les deux escouades devront travailler ensemble; vous attendrez l’arrivée de Glaive d’argent avant de frapper.

— Capitaine Korojy : Dans l’éventualité d’un engagement armé, les actes individualistes d’héroïsme risqué devront être évités autant que possible afin de prévenir toute perte inutile. Puisque notre espèce ne dispose d’aucun armement significatif de défense planétaire et d’aucune force capable de combat spatial, nous ne pourrons compter que sur notre escouade.

Ainsi se termine la séance préparatoire à la mission.

Épisode 5. Deux rythmes

Les dernières informations de l’Institut de sciences astronomiques indiquent que le vaisseau étranger arrivera dans plus d’un cycle temporel. Générale Arproca démobilise temporairement les officières et les pilotes. Elle prévoit se consacrer entièrement aux préparatifs défensifs des forces de combat au sol.

Les membres de l’escouade Glaive d’argent retournent dans leurs unités de logement respectives. Immédiatement après l’arrivée de Gufran, Vinjia se plaint d’être indisposée. Gufran l’encourage à consulter une médecin et propose de l’accompagner. Elle accepte sans reconnaissance perceptible. Pendant le trajet vers la clinique, Vinjia évite la communication. Elle se demande si les nombreux cycles de récupération interrompus dernièrement par ses préoccupations relationnelles pourraient expliquer ses inconforts. « Quoi qu’il en soit, je terminai tout juste l’élaboration d’une ultime solution qui, je n’en doute aucunement, éradiquera définitivement ce fâcheux dilemme ! », se dit-elle. Encore faudra-t-il la réaliser...

Vinjia, Jaesne et Junting, bien qu’elles ne se connaissent pas, se trouvent simultanément dans une clinique de l’Institut biomédical. Elles ressentent toutes trois, sans le savoir, les mêmes sensations physiologiques insolites, à la limite du malaise, depuis quelque temps.

Ailleurs dans la ville, Korojy et l’une de ses pilotes, Junès, se rendent dans un établissement de divertissement froid et moderne qu’affectionnent les étudiantes de l’Institut académique.

— Korojy : Prête pour la mission ?

— Junès : Toujours.

— Korojy : Il s’agit de circonstances incertaines.

— Junès : Même la plus exacte des certitudes demeure une possibilité.

— Korojy : Enfin, un peu de défi.

Elles détournent leurs appareillages sensoriels vers une étudiante réservée, discrète, à l’appareillage esthétique minimal laissant toute la place à l’imagination.

Fin du TOME 0, Chapitre 2

* Continuer la lecture vers le TOME 0, Chapitre 3

* Retour à la page de Star Scrap



© Richard Lapointe-Goupil (1996-2016)
Contact. starscrap@starscrap.org
starscrap.org est hébergé par IPOWER