Star Scrap
www.starscrap.org

TOME 1. Pterabus de l'enfer

Chapitre 8. Courage coûteux

Épisode 1. Le courage d'Érbel

Je me nomme Joepe. Je raconte les deux prochaines parts du récit.

— Inspectrice Dessel : Avec les précisions d’Ersedge, il ne manque plus que la fin. J’attends les dépositions de... Joepe et Crozteer.

— Joepe : Je commencerai donc.

Nous, les trente-cinq survivantes, parcourons le chemin vers le sud à travers le plateau forestier. Nous espérons grandement arriver à la sortie de ce que Reon nomme « la demisphère ». Le plateau, égal depuis une certaine distance, s’accentue en une grande côte. Les membres de l’élite sportive de compétition, arrivées les premières au sommet, reculent et se placent dans une position stratégique, étendues de manière à percevoir ce qui se passe en minimisant les risques de se faire détecter.

— Jessem : Damnation ! Replions-nous en équipe au bas de la colline. Sheeken et Bedej, vous restez en éclaireuses.

Les membres de l’élite sportive reviennent; nous nous rassemblons autour d’elles, prêtes à apprécier leurs observations. Arrivées au sommet, elles remarquèrent que la colline, ainsi que le chemin, se terminent abruptement en une dénivellation forte, mais peu profonde. Elles découvrirent un vaste cratère artificiel, graveleux, dépourvu de toute végétation et, en son centre, l’aire de la créature volante qui attaqua le pterabus, avec ladite créature bien présente.

— Reon : Et la sortie ?

Jessem s'adresse aux éclaireuses en utilisant un code avec son appareillage moteur. Sheeken la rejoint. Elle rapporte la présence d’un vent froid soutenu, persistant, en provenance d’une petite ouverture derrière le repaire de la créature volante.

— Sheeken : Langer... Ta coengendrée repose en bas, de l'autre côté de la colline.

Épisode 2. Le courage de Langer

L'appareillage sensoriel de Langer exprime un sentiment d'urgence.

— Langer : Je vais la chercher.

— Sheeken : Trop dangereux.

— Sagrev : Un acte précipité compromettrait notre survie.

— Ersedge : Assurément.

— Jessem : Il nous faut un plan de match.

— Langer : Je crois savoir quoi faire.

Langer invite Boeard à s'approcher. Boeard faisait partie du même groupe de survivantes que Reon et Marynics. Bien qu'elle s'accordait plutôt bien avec nous en raison de son sens artistique, elle ne considérait personne comme ses amies tant elle occupait son temps à haïr méthodiquement, personnellement, chacune de ses semblables. Elle exprimait rarement son antipathie illimitée mais celle-ci transparaissait quand même dans l'ensemble de ses actes. Boeard parait son appareillage esthétique d'accessoires et de parties amovibles variant entre le gris foncé et le noir. Sans vraiment expliquer, Langer les réquisitionne et les ajoute à son propre appareillage esthétique, pour le plus grand dégoût de Boeard. Détournant leur fonction stylistique, Langer les utilise en guise de camouflage, leurs teintes avoisinant celles du cratère.

J'accompagne Langer, qui se rend à la hâte en haut de la côte. Je m'étends de manière à pouvoir suivre sa progression pendant qu'elle descend prudemment le long de la dénivellation. Une fois arrivée en bas, elle constate qu'il ne reste plus d'Érbel qu'une enveloppe corporelle meurtrie. Son anéantissement par la créature ne laisse aucun doute possible. Orientant son appareillage sensoriel de manière à couvrir tous les angles, Langer réalise que la dénivellation borde tout le cratère et que la créature volante ne perçoit pas ce qui s'y passe.

Épisode 3. Le courage de l'élite sportive

Je me nomme Crozteer. Je raconte les deux prochaines parts du récit.

Curieuse quant au sort d'Érbel, je rejoins Joepe en haut de la colline avec Driquett et Dapak, ce qui me permet d'échapper momentanément aux doléances d'Eddel à mon égard. Jessem et Sheeken rejoignent Bedej, toujours postée en éclaireuse.

Ainsi, cette perturbée de Langer descendit dans la tranchée ! Elle nous communique, en utilisant son appareillage moteur, qu'elle veut que nous nous jetions dans la fosse aussi. Devant nos réserves, elle explique, cette fois en utilisant son appareillage de communication, que la tranchée pourrait nous permettre d'atteindre la sortie en contournant la créature volante.

Nous retournons auprès des autres survivantes. Jessem leur décrit la situation ainsi que la proposition de Langer.

— Jomor : Je comprends à quel point cette créature peut nous sembler redoutable, mais nous voici à trente-cinq contre une.

Nous décidons d'encercler la créature volante par la tranchée, puis de déclencher une attaque surprise en utilisant la force du nombre absolu.

— Jessem : En faisant équipe, nous vaincrons !

Les survivantes se répartissent en sept sections de cinq individus. Ambron, dépourvue d'amies, se joint à la section incomplète commandée par Jessem qui inclut uniquement des membres de l'élite sportive.

Jessem porte sa section volontaire pour descendre en premier. Jessem, Bedej, Brilya, puis Védrye, sautent dans la tranchée par la gauche. Lorsque vient le tour d'Ambron, elle commet plusieurs maladresses qui la font débouler par la droite en produisant des sensations bruyantes.

Soudainement alertée, la créature volante s'approche afin d'inspecter la tranchée...

Épisode 4. Le courage d'Ersedge

Ersedge m'interrompt.

— Ersedge : Déférence, mais je crois préférable de raconter cette part du récit, assurément.

— Crozteer : Pourquoi pas ?

Jessem, Bedej, Brilya et Védrye attendent toujours Ambron sans savoir qu'elle bascula dans la tranchée à droite plutôt que de leur côté, à gauche. La créature volante les coince et attaque instantanément. Sans espace pour se soustraire à elle ou manoeuvrer, l'anéantissement complet de la section de Jessem survient avant que les autres sections ne puissent les appuyer, assurément.

Quelque peu fiévreuse et indisposée depuis notre fuite du bastion, particulièrement par ma brève lutte avec la version bestiale de Freisha, une rage indomptable m'envahit. Ma conscience se dissipe de mon appareillage cognitif. Sans avertir ma section, je m'élance assurément sur la créature volante.

— Sagrev : L'espace d'une phrase, je perçus, même si ce phantasme s'explique vraisemblablement par la virulence de la situation, que Ersedge prit l'apparence d'une sorte de fauve lorsqu'elle blessa la créature à un endroit stratégique.

Environ un paragraphe passe. Je reprends le contrôle. Je ressens, assurément, une douleur générale; Elsaja m'indiqua, plus tard, que la créature volante se défit de mon emprise et me projeta un peu plus loin.

Je perçois deux sections, majoritairement composées de membres de l'élite sportive, qui croient attaquer la créature volante — mais ne réussissent qu'à l'embêter — en lui lançant de généreuses quantités de caillasse. La créature volante, assurément énervée, s'en prend directement à Jomor. Amrixe et Mydème tentent de lui venir en aide, mais la créature volante les anéantit toutes les trois.

Je me dresse.

Épisode 5. La dernière charge

— Crozteer : Puis-je terminer ma déposition ?

— Ersedge : Assurément.

Alors que certaines s'immobilisent, en proie à une panique générale illimitée, d'autres comprennent que le plan ne fonctionnera pas. Ambron, seule survivante de la section de Jessem, détale la première vers la sortie. Langer reste aux aguets mais choisit de ne pas participer à l'attaque; adoptant une position basse, elle se défile furtivement.

Faccev constate la défaite des sections de Jessem et de Jomor.

— Faccev : Damnation de plan !

Elle fonce avec sa section directement vers la sortie sans emprunter la tranchée, suivie de près par les sections de Marynics et d'Ersedge. La créature volante tente de les contenir, espérant attraper les fugitives en frappant au hasard; dépassée, elle parvient seulement à anéantir Boeard.

Les autres sections profitent de la confusion pour avancer à vitesse maximale vers la sortie. Jeldarre rassemble ce qui reste de l'élite sportive en utilisant leur aphorisme de ralliement, « En équipe ! ». Mettant ainsi fin énergiquement à leur déroute, elle les mène le long de la tranchée.

Nous tardons à réagir : Joepe et Dapak semblent absorbées par l'intensité du moment, Eddel s'excite devant l'étendue de la dévastation et, pour ma part, je ne parviens plus à localiser Langer.

— Driquett : Par là !

Driquett oriente son appareillage moteur en direction de Langer, qui débute un sprint vers la sortie. La réaction de Driquett, sans intention impérative, nous met pourtant en action. Au moment où nous sautons dans la tranchée, je perçois la créature anéantir Ekte tandis que Ersedge se relève et nous rattrape.

Fin du TOME 1, Chapitre 8

* Continuer la lecture vers le TOME 1, Chapitre 9

* Retour à la page de Star Scrap



© Richard Lapointe-Goupil (1996-2016)
Contact. starscrap@starscrap.org
starscrap.org est hébergé par IPOWER